Le château de Rochechouart, une métamorphose millénaire
Photo par Jérémy Beyly

Histoires locales | Publié le 27/03/2021

Le château de Rochechouart, une métamorphose millénaire

Écrit par Julie Bré

Gardien de la vallée de la Graine et de la Vayres, le château de Rochechouart, tout récemment, n’a pas pu empêcher les deux rivières de sortir de leur lit (article Le Populaire : https://www.lepopulaire.fr/rochechouart-87600/actualites/la-graine-et-la-vayres-ont-deborde_13910867/). Rassurez-vous, ce ne sont pas les premiers événements naturels du Limousin dont le futur site sera témoin. Loin de là. En effet, ce château est implanté sur un site géologique presque magique : un cratère de météorite datant de 214 millions d’années ! 

 

Et c’est à partir de là que l’histoire de Rochechouart aussi mystérieuse que romanesque commence. 

Les Vicomtes de la famille Rochechouart se sont toujours targués d’entretenir et de faire de leur place forte un lieu de vie et d’art. Résidence des seigneurs et logis pour leurs chevaliers, le château a aussi une chapelle pour apaiser les âmes tourmentées. Des petits trésors demeurent restitués pour le plaisir de nos yeux comme la galerie d’Hercules et la salle des chasses aux somptueuses fresques de la Renaissance.

Classé au répertoire des Monuments Historiques en 1840, il accueille aujourd’hui un prestigieux musée d’art contemporain.

 

Photo par Laurie

 

Les Rochechouart, une famille cahotée par les évènements historiques 

 

En l’an 1000, Ostofrancus alias Aymeric de Limoges est le cinquième fils de Giraud. C’est lui qui perpétua la succession du château à sa famille. Un de ses très petit-fils, Aymeric VII, épousa en 1205 la divine Alix de Mortemart. Cinquante ans plus tard, en 1256, la seigneurie de cette belle-famille fut attribuée lors d’un partage à son petit-fils Guillaume. Les Mortemart sont donc des alliés puissants et sont toujours représentés. 

 

Le frère de Guillaume Aymeric IX, épouse la dame de Tonnay-Charente au doux nom de Jeanne. Ducs, seigneurs et barons de Limoges les côtoient et rythment les vies des différents successeurs de la famille. Mais en 1306, c’est l’oncle Simon, seigneur de Tonnay-Charente et de Saint-Laurent, qui hérite de la vicomté ! 

 

Ainsi de suite, au XVème, les mariages et alliances des familles Tonnay-Charente, Mauzé, Fontaine de Burle et de Pontville héritent et relaient la possession du titre et des armes de Rochechouart.

 

Mais en 1512, un événement fait tâche : le vicomte François assassine son voisin qui refusait de lui revendre une terre. Le vicomte s’enfuit, puis est condamné à mort par le Parlement de Paris en 1513. Ce château de la famille Rochechouart a vécu de nombreuses métamorphoses au cours des siècles.

 

En 1640, c’est Marie de Rochechouart-Pontville qui épouse le marquis de Pompadour. Le XVème siècle voit aussi se succéder les épousailles et les titres de noblesse. 

En 1757, l’union de François-Louis de Rochechouart, héritier d’un riche trésorier des colonies, permet une remise en état du château de Rochechouart jusqu’alors encore féodal.

 

Des tours qui s’érigent et se démantèlent au gré de l’Histoire

 

Au moyen-âge puis au début de la Renaissance, la physionomie du château se transforme. Une des tours, vestige du XIIIème siècle (celle qui est aussi appelée le donjon) accueille un pont-levis double.

 

A la grande Révolution, les trois tours d’angle (signe de féodalité) sont démantelées, le château sera pillé et les archives dispersées. La famille le vend au conseil général (devenu le conseil départemental) de la Haute-Vienne en 1836.

 

La tour du lion est un vestige du bas moyen-âge (XVème) mesurant 12,50 mètres de diamètre, qui possède des ouvertures de tir pour armes à feu et des étages habitables (chambre du Vicomte). Un lion antique est incrusté et nous rappelle l’intérêt anticipé de la redécouverte de l’antiquité qui caractérise la période de la Renaissance (XVIème). 

 

Photo par Jérémy

 

Ce château est exceptionnel à plus d’un titre. Tout d’abord, c’est le premier château surélevé en France. En effet, sa cour intérieure est bordée d’une galerie sur portique agrémentée de belles colonnades. Ces colonnes d’un style gothique flamboyant sont en forme de vrilles torsadées. Au fur et à mesure de la promenade, l’effet d’optique agit car le sens des vrilles s’inverse. 

 

A partir de 1470, un grand chantier permet au château de s’agrandir avec un style avant-gardiste pour l’époque qui tend vers l’esthétique de la « Renaissance ». On y découvre des escaliers à vis dans les angles de la cour, des ornementations de linteaux et les cheminées de style flamboyant. C’est aussi à cette période que sont peintes les célèbres fresques !

 

Des fresques historiques hautes-en-couleurs

 

Une des tours abrite la chambre des Cibilles ainsi que la chambre des chasses. On y voit des fresques colorées magnifiques qui représentent un banquet et une scène de chasse à courre.

 

Source : www.musee-rochechouart.com

 

Il y a aussi la peinture du personnage d’Hercule, effectuée en grisaille (peinture utilisée dans les vitraux). Elle est observable dans la tour de la Chapelle (appelée aussi tour des Nourrices).

 

La tour du Redan, bien plus isolée, a été construite dans un but défensif (casemates pour les armes à feu). Au XVIIIème siècle d’autres travaux furent entrepris comme pour les étages des combles qui furent surélevés.

 

Des travaux pour une métamorphose unique du château de Rochechouart

 

En 1743, le château est dans un état de délabrement important. Il reste un lieu de villégiature et une grande campagne de rénovation démarre en 1760. Les jardins sont aussi remis en état et la construction d’un escalier monumental à double rampe est effectuée.

 

Restaurations et réhabilitations se succèdent et des usages administratifs y ont lieu (mairie, tribunal, sous-préfecture…). Au XIXème siècle, les tours sont totalement restituées dans leur état d’origine.

 

Un musée d'art contemporain dans un cadre hors du commun

 

En 1985, le Département fonde le Musée d’art contemporain de Rochechouart et offre des visites au grand public de manière permanente. On peut y voir du land art comme « Le souffle végétal » de Giuseppe Penone (1985) ou l'œuvre “Rochechouart Line” de Richard Long (1990). Des chantiers récents en 2000 et 2015 ont également permis de réaménager les espaces intérieurs du château.

 

> Château de rochechouart visite

> Château de rochechouart tarifs

> Château de rochechouart horaires

 

Sources :  répertoire numérique des Fonds de Rochechouart (1169-1793) - Archives Départementales de la Haute-Vienne.


Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

2 commentaires

il y a 5 mois

En grand merci à Julie pour cette contribution très intéressante ! Mais aussi aux photographes de nous avons fournis de très belles photos :)

il y a 5 mois

Merci Julie pour cet article très intéressant ! L'histoire et les anecdotes sur ce château sont très intéressantes !

Partager l'article