Souvenons-nous. Le village d’Oradour-sur-Glane
Photo par Jérémy Beyly

Histoires locales | Publié le 25/01/2021

Souvenons-nous. Le village d’Oradour-sur-Glane

Écrit par Pierre Grangereau

Connu mondialement, ce village à une vingtaine de kilomètres de Limoges a été le lieu de barbarie et d’actes inhumains en 1944. Un lieu de supplice, de recueil, qui a marqué et marquera pour toujours les esprits.

 

Le massacre d’une population civile

Le 8 juin 1944, la troisième compagnie du régiment blindé Der Führer de la division Waffen SS Das Reich, commence à ratisser le Limousin. Cette division est chargée d’annexer et de conquérir l’Europe occidentale et centrale. C’est un peu plus de 8000 hommes qui vont parcourir les villes de Limoges, Guéret et Argenton-sur-creuse : l’objectif, répondre aux nombreux actes de Résistance.

 

Le 10 juin, vers 13h, la troisième compagnie commandée par le capitaine Kahn, environ 200 Waffen SS, avancent vers Oradour. Arrivés sur place, les ordres donnés sont : rabattre la population en centre du village et abattre ceux qui ne peuvent pas s’y rendre. Le village sera incendié, pillé, les habitants seront exterminés aléatoirement. Les femmes et les enfants seront fusillés dans l’église du village. Tous les corps seront par la suite brûlés. Ce seront 642 victimes recensées. Le deuil sera infini, impossible.

 

Un lieu de mémoire

Un anéantissement, c’est le mot qui décrit ce qu’Oradour a subi le 10 juin 1944. L'anéantissement des vies humaines, l'anéantissement d’un village paisible, vivant. Depuis le massacre, toutes les ruines ont été conservées. Le village est accessible au public. Ce village martyr représente depuis toutes ces années, le témoignage des violences de la guerre. Ce village, véritable sanctuaire, invite les visiteurs à se recueillir et à se souvenir.

 

Sur les traces du passé

Dans ce village, il est encore assez simple de se projeter sur l’allure du village à l'époque. Les rails du tram, les poteaux d'électrification, les bâtiments, certaines pancartes, une carcasse de voiture, de nombreux éléments encore présents, témoignent et ancrent toute l’histoire de ce lieu et de la brutalité de sa destruction.

 

 

Photo par Jérémy Beyly

 

En 1999, un centre de la mémoire a été construit à côté du village afin de conserver et d’expliquer l'histoire de ce lieu. Le centre de la mémoire est ouvert 7 jours sur 7 du 1er février au 15 décembre inclus et gratuitement. Retrouvez le détails des horaires sur le site du centre.

 

Grâce à ce centre de la mémoire, vous pourrez en apprendre d’avantages sur ce lieu fort en histoire.


Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

1 commentaire

il y a 1 mois

Cet article retrace bien ce terrible massacre : "Ceux qui oublient le passé se condamnent à le revivre" - Georges Santayana

Partager l'article